Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/04/2008

Sète - Exploits de pirate

Extrait de "De Maguelone à la Cité", Ed. Causse, Graille et Castelau, Montpellier, 1948 

La côte languedocienne, rectiligne et bordée de lagunes, est fort inhospitalière et seul le port de Sète s'offre aux bateaux de quelque importance. Mais sur cette longue plage qui s'étend des Albères au Rhône, il est facile à des embarcations légères d'aborder. La surveillance est malaisée car rares sont les éminences susceptibles de porter observatoires ou défenses. C'est pourquoi, durant tout le moyen-âge, le golfe du Lion souffrit des attaques des corsaires aragonais ou génois et surtout de la piraterie Sarrazine. Pour tenir en respect les pirates, l'Intendant du Languedoc couronna Saint Clair d'une forteresse éphémère: Montmorencette.

dea4984e0484f536fb25b0ed71c5e663.jpg
(Cette - Quai de la consigne: "La Santé")

Le 18 avril 1731, quatre bateaux sétois sortaient du port pour aller pêcher la sardine. Quinze pêcheurs les montaient, tous chefs de famille. Ils ne rentrèrent pas le soir. Le lendemain 19, on resta sans nouvelles. Le 20, on retrouva les 4 bateaux, abandonnés sur la plage du coté d'Agde. Ils furent ramenés à Sète par les étangs. L'un était percé. Un autre avait plusieurs de ses avirons brisés. A la proue d'un troisième, on remarquait des traces de coups de sabre. Il n'y avait pas de doute, les corsaires étaient passés par là. Cette constation jeta la désolation dans les familles des disparus et l'épouvante parmi les pêcheurs.

59d29556d19af95ec4543599386e713b.jpg
(Cette - Retour de la pêche)

A Versailles, le ministre chargeait les commandants d'escadre de tous les vaisseaux qui devaient toucher dans les ports de la république de Barbarie, de se plaindre fortement à toutes ces républiques et de demander leur restitution, celle des dommages causés à ces pêcheurs et une punition exemplaire du capitaine des bateaux corsaires. Le ministre terminait sa lettre en insistant sur la nécessité pour les pêcheurs de ne point sortir sans autorisation écrite de l'Amirauté: "Munis de cette pièce, ils sont sous la protection du Roi et les pirates y regarderont à deux fois." . Les malheureux pêcheurs sétois disparus avaient laissé ces papiers à terre. 

e3632d70c0fd3d66091e1cae539fcf1c.jpg
(Cette - Plage de la Corniche)

Dans le courant de juin, on avait eu des nouvelles des quinze pêcheurs. La galiote sarrazine qui les avait cueuillis les avait débarqués à Alger, et le consul de France, mis au courant, était aussitôt intervenu. Leur libération n'alla pas sans peine. Le corsaire soutenait que les prisonniers étaient Gênois: "S'ils étaient sujets du roi de France, ils auraint eu à bord le congé de l'Amirauté !". Il les déclarait de bonne prise. Le Dey, chef du gouvernement d'Alger finit par se rendre aux instances du consul, mais prétextant la bonne foi du corsaire, il se dispensa de le punir.

e0745887a376dab4f29e85f240c51ae9.jpg
(Cette - La pêche, au port) 

Commentaires

Finalement c'est une région très dangereuse cette côte languedocienne, un peu comme les côtes somaliennes !!! Bonne journée quand même.

Écrit par : 26GIL | 29/04/2008

Les commentaires sont fermés.