Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/05/2008

Lunel - Le moulin de Vendran

Avant les années 1900, la vigne n'était pas la seule culture du Languedoc. Il existait des élevages et donc des prairies, des champ de blé, des oliviers, etc... car il fallait de tout pour survivre. C'est l'apparition du chemin de fer qui, facilitant les échanges entre les régions, a progressivement conduit à la monoculture de la vigne dans notre région.

Moulin à eau sur les rives du Vidourle, ce moulin permettait-il de moudre le grain ou les olives pour en faire de l'huile ?

615435d9f98cddd6df0c4ffe312d800f.jpg
(Lunel - Le moulin de Vandran) 
Lunel, 5 janvier 1910

Cher Monsieur,
Je vous prie de m'excuser d'être parti du bourg sans avoir salué votre famille. En allant à la gare, je croyais que le train serait parti. Il nous attendait !! Je vous remercie de votre amabilité et regrette que mon séjour n'ait pas correspondu aux belles journées que nous passons actuellemen.

Mes salutations à votre famille et meilleurs souvenirs 

ca29ccfc14385ab0abcde8e453a1c06c.jpg
(Lunel - Ruines du moulin de Vendran) 

Lunel, le 5 décembre 1914

Mon cher papatou,
Je t'écris pour te dire que j'ai reçu la carte qui m'a bien fait plaisir. Mais maman était à Montpellier. Mais elle est revenue le soir à 8 heures. Alors nous avons souper chez madame Itier. Nous allons tous bien et nous pensons que pour toi, il doit à être de même. Un gros baisers de Nini et de Mamoune, elle est toujours polissonne.

Ta fille.

19/05/2008

Bédarieux - Le romancier Ferdinand FABRE

Extrait de l'Histoire des communes d'Albert FABRE, historien régional

Ferdinand FABRE est né à Bédarieux le 9 juin 1827. Sa jeunesse se passa en partie à Bédarieux, en partie à Camplong chez son oncle curé de cette paroisse. Destiné à la prêtrise, il entra au séminaire de Montpellier mais ne put y rester, sa vocation l'appelant ailleurs. Il revint à Bédarieux puis, en 1849, il abandonna ses chères cévennes pour aller habiter Paris où il devait plus tard trouver la gloire.

383f2df62e4058ebbded30321bf42913.jpg
(Bédarieux - Rue St-Alexandre)

 

Il s'y livra aux études les plus diverses, publia un recueil de poésies et un premier roman, les Courbezon, qui fut couronné par l'académie. A partir de ce moment, il publia un grand nombre d'oeuvres, récits champêtres pleins de saveur: Le chevrier, Barnabé, mon oncle Célestin, Toussaint Galabru, Ma vocation, Taillevent sont quelques uns de ses principaux ouvrages.

8179800db0c6f40f931c2c19816d83cf.jpg
(Bédarieux - La pont vieux, la rue Saint-Louis et les quais)

Cévenol, Ferdinand avait gardé de ses montagnes le souvenir vivace et nostalgique: "Mon ame, a-t-il écrit, s'envole au pays natal si profondément incrusté en elle, ce pays que je retrouve dans le moindre pli de mes pensées."

f41d76df1a94281033811f705af8b99c.jpg
(Bédarieux - La gare) 

L'Académie Française allait lui ouvrir ses portes lorsqu'il fut emporté par la mort au mois de Février 1898. En 1903, un monument lui a été élevé à Paris, dans le jardin du Luxemboug. En 1906, un monument, dû au sculpteur Villeneuve, a été érigé sur la place qui porte son nom à Bédarieux. Sous le buste de Ferdinand FABRE, un berger cévenol le salue. Un chien et des moutons sont au pied du monument.

12/05/2008

Lodève - Biographie de Fulcran

Extrait de l'Histoire de Lodève par Martin, vers 1900 

La biographie de Fulcran, évêque de Lodève au Xème siècle, donne une idée de la puissance de l'épiscopat au moyen-âge. A Lodève, comme partout ailleurs, l'ingérence des seigneurs dans leur élection donnait trop souvent à l'Eglise des ministres indignes. Il n'en fut cependant point ainsi lorsqu'en 949, mourut l'évêque Theodoric. Clergé, peuples et vicomtes s'accordèrent pour choisir un ancien clerc du diocèse élevé par theodoric. Le nouvel évêque était destiné à jeter le plus grand éclat sur Lodève. Il portait le nom de Fulcramne - sa signature l'établit - mais nous suivrons l'usage consacré depuis des siècles en lui donnant celui de Fulcran.

91e4391874d31e350d391f3ab8861f39.jpg
(Lodève - La Cathédrale et l'ancien évêché) 

Fulcrand fut sacré à Narbonne le 4 février 949. Quelques années s'étaient écoulées depuis son intronisation lorsque la mésintelligence éclata entre lui et le vicomte Heldin. Les exactions de ce dernier ne laissaient pas le pontife indifférent aux maux de son peuple dont il prit la défense. Il en résulta une situation tendue et la rupture éclata à propos de la restauration de la cathédrale. Vaincu et fait prisonnier, Heldin ne recouvra la liberté que sur la promesse de restituer les biens enlevés à l'église de Lodève par lui ou par un de ses prédecesseurs.

70f839dca0ca4cb9bafa6b9b8d77d6de.jpg
(Lodève - La Tour du portalet de Côtes) 

Les biographes ne tarissent point sur les vertus dont Fulcrand était orné: qualités du coeur et de l'esprit dont le souvenir est demeuré vivant durant 9 siècles. La tradition rapporte qu'une épidémie s'étant déclarée dans son diocèse, il se prodigua pour soigner ceux qui en furent atteints. Survint la famine, suite ordinaire de l'épidémie; Fulcrand distribua aux pauvres et aux malades tous les biens de ses domaines particuliers et, quand ils furent épuisés, il se rendit dans le Rouergue pour en acheter. Il aurait failli être victime d'un guet-apens dressé par le comte de Rouergue pour s'emparer des sommes d'argent qu'il portait mais pris de vives douleurs à l'approche de l'évêque, le seigneur aurait abandonné son entreprise.

5f1b5c015267342c5863b6c72b59a45a.jpg
(Lodève - Place de la Bouquerie) 

Au commencement de l'année 1006, se sentant affaibli par l'âge et la maladie, il fit appeler auprès de lui ses amis et il leur annonça que l'heure de sa mort était proche. Quelques jours après, le 4 février, anniversaire de son sacre, il se fit porter dans la cathédrale, près l'hôtel Saint-Michel, afin de bénir son tombeau qu'il avait fait creuser là. Rapporté dans sa demeure, il fit les adieux à tout son clergé et mourut peu après, le 11 février 1006.