Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/08/2008

Pezenas - Le poulain

Extrait de Monsieur le député de Georges BEAUME 

Du plan, montait le Poulain, magnifique, au son des grosses caisses, des fifres et des tambours. Il n'y a point de fête sans le poulain, à Pézenas. Il évoque une ère de liberté et d'opulence. En 1623, Louis XIII, passant à Pézenas, laissa dans les écuries du château, son cheval malade. Le cheval, le lendemain, mourut, on l'enterra en grande pompe. Le roi, par gratitude, autorisa la cité à perpétuer le souvenir d'un événement si remarquable. Et les consuls, inspirés par l'exemple des cités voisines, construisirent pour leur population, un monstre qui a traversé sans aucun dommage les périodes les plus diverses de l'histoire. 

5f6696d929d1eb6f8efc685dbfd08304.jpg
(Pezenas - Le poulain) 

Sur sa robe bleue parsemée d'étoiles chevauchent deux personnages: Estienne et Estiennette, jeunes mariés fleuris de bouquets de roses et de fleurs d'orangers. Porté par six hommes, le poulain s'avance lourdement. Un danseur agile, habillé d'un pantalon blanc et d'une veste de velour noir, chaussé de sandales, coiffé d'un feutre gris lui présente un tambour de basque. Et le danseur pirouette offrant ou dérobant ce tambour dont les grelots résonnent sous ses doigts.

19/08/2008

Montpellier - Caserne du 56 ème artillerie

Base du 81ème régiment d'infanterie et de l'école d'application de l'infanterie, la caserne LEPIC au fond de l'avenue du même nom avait été construite au milieu des vignes afin de ne pas géner les habitants de Montpellier. Au départ, ces bâtiments étaient à la disposition du 56ème régiment d'artillerie.

acd567ef6a3ca380a426b6a0947edb32.jpg
(Montpellier - Caserne de l'artillerie) 

 

Aujourd'hui, ces bâtiments se trouvent en plein centre de la capitale de région. EAI et 81ème RI sont supposés quitter les lieux prochainement.

ec9b9608505deb573d6445caf11b24cc.jpg
(Montpellier - Caserne du 56ème artillerie) 

 

11/08/2008

Maguelone - Berceau de Montpellier

Il existe sur notre côte languedocienne, un lieu, en bord de mer, si chargé d'histoire que l'on a dû mal à s'imaginer ici même, une ville de plusieurs miliers d'habitants, deux ports, deux murailles fortifiées. Car avant Montpellier, il y a eu Maguelone et sa cité épiscopale dont il ne reste aujourd'hui que la cathédrale aux fortifications démantelées.

Extrait de Villes mortes du Golfe du lyon par Lenthéric, 1900

L'église de Saint-Pierre de Maguelone est comme toutes les églises de l'époque, régulièrement orientée: sa forme générale est celle d'une croix latine, ses arcs en plein cintre sont légèrement ogivés, ses rares fenêtres romanes, ses machicoulis contrés allant d’un contrefort à l’autre, sa plateforme dallée, lui donne l’aspect d’une véritable forteresse.

fbba2ab9981bbcdc4b499c1040cc121e.jpg
(Maguelone - Ancienne église Saint-Pierre, ensemble sud)

Il fallait en effet, à cette extrémité de la France, en face des corsaires mahométans d’Afrique et d’Espagne se mettre en état de résister à d’hostiles attaques. Nulle église ne fut mieux approprié à sa destination. Un édifice plus svelte, à flamboyants vitraux, eût été d’un ruineux entretien aux époques de tourmente maritime où la violence du vent rendait parfois périlleux le simple passage du pont de l’étang.

1812d61f238f26c10134d22c5c5eac4b.jpg
(Environs de Montpellier, Maguelone - L'église)

L’église de Maguelone, avec sa lourde masse et sa toiture de dalles à l’épreuve des plus rudes tempêtes, où l’on pouvait installer des engins de guerre si la nécessité se présentait d’y soutenir un siège, offrait de merveilleux moyens de résistance. Aussi est-elle parvenue jusqu’à nous presque intacte dans son gros œuvre.

5846d42094f63ce2fea4a6455390b9fe.jpg
(Maguelone - ancien évéché VIème et XVIème siècles, intérieur de l'église construite sous l'épiscopat de Galtier)

Richelieu, le puissant cardinal-ministre a tout rasé à l’entour de la vénérable église mais l’église elle-même a comme défié le marteau des démolisseurs. Richelieu n’a pas osé se montrer envers elle plus dur que les protestants dont le vandalisme, si barbare ailleurs, l’avait épargnée.

411dcee31696b5a8e783eddc3623a5c2.jpg
(Maguelone - Porte de la Cathédrale, XIème siècle)

Il a craint, on le dirait, d’encourir en la détruisant, la colère des saints apôtres qui, sculptés sur la façade du monument, semblent , avec leurs symboliques attributs des clefs et du glaive, en garder la porte et en protéger l’enceinte.