Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/11/2008

Saint-Gervais-sur-Mare - Les croyances de la montagne noire (1)

Il existe aux confins du département de l'Hérault, dans les montagnes qui séparent ce département de l'Aude et du Tarn, une région montagneuse que l'on nomme "Montagne Noire" d'un côté, Sommail, Espinouse ou monts de Lacaune de l'autre côté. Cette région contraste avec la plaine du littoral non seulement par son relief mais aussi par ses habitants. Loin des grandes voies de communication, ils perpétuent des traditions et des coutumes parfois millénaires dont certaines sont directement issues de croyances Grecques ou Romaines.

Extrait de Usages, coutumes et superstitions des habitants de la montagne noire, A de Chesnel, 1839

Naissance:
- On ne porte jamais à l'église un nouveau né par le chemin qu'on suivrait s'il fallait y conduire un mort.

- On ne coupe pas les ongles des petits enfants qui sont encore allaités, parce qu'on pense que cette opération ferait naître en eux un penchant décidé pour le vol.

st-gervais-19.jpg
(Vue d'ensemble de Saint-Gervais-sur-Mare)

Mariage:

- Le mois de mai est, dans la montagne noire, un mois tout à fait réprouvé par les jeunes filles qui sont fiancées, et elles disent ingénument à ce sujet qu'il n'est pas convenable de se marier à une époque où les ânes sont amoureux.

- Si l'on veut avoir des enfants, il ne faut pas non plus se marier un vendredi.

- La cérémonie antique de placer un joug sur le cou de ceux qui se fiançaient et d'où le mariage a pris le nom latin de conjugium se perpétue dans quelques communes de la montagne, le jour des noces.

- Quand un veuf se remarie, non seulement il a à subir un charivari comme cela se pratique dans d'autres pays, mais encore, on le fait courir sur un âne et on le force à entrer ensuite dans une cage à poules où on lui fait boire du vin dans une corne, vase qui passant de mains en mains, ne lui arrive qu'après avoir été grandement souillé.

st-gervais-21.jpg
(Vue de St-Gervais/Mare - Fontaine de la place)

Enterrement:

- Au repas des funérailles, qu'on trouve plus ou moins consacré dans tous les temps et chez tous les peuples, il est de rigueur de servir un plat de haricots. Dans certaines communes, on ne doit pas trinquer à ce festin.

- Lorsqu'une famille vient de perdre un de ses membres, on coupe immédiatement toutes les fleurs qui se trouvent dans le jardin, et on n'en laisse plus épanouir aucune tant que dure le deuil. Cette coutume touchante existait déjà chez les Grecs.

 

Commentaires

délicieuse note, je vais souvent randonner dans ce secteur marqué par un climat qui n'est plus méditerranéen et qui est donc très dépaysant

Écrit par : ulysse | 20/11/2008

Les commentaires sont fermés.