Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/04/2010

Thezan-lès-Béziers - Le Drac

Extrait de Au coin du feu, Emile SEGUI, 1948

Bien que pieuse et fort assidue au sermon, mon arrière-grand-mère croyait au Drac. Volontiers, le soir, au coin du feu, elle en contait les malices. Au fait, savez-vous ce qu'était le Drac? Un génie pervers et malfaisant qui jouissait d'un singulier pouvoir de métamorphose. Il s'incarnait dans la peau d'un quelconque animal qui vous regardait, le traître, d'un air placide. Il lui arrivait même de prendre la forme du premier objet venu: le fruit tentateur, le bâton cruel, le caillou narquois, c'était le Drac, bellement camouflé. Avec de telles possibilités, il ne lui était pas difficile de se moquer du pauvre monde. Il ne s'en privait pas et jouait aux uns et aux autres des tours pendables.

thezan-004.jpg

Une paysanne était descendue de la Fournaque avec une corbeille de linge sur la tête. Le battoir en main, elle avait lavé chemises, serviettes et torchons dans les eaux vives du Clédou, alors si propret, puis elle avait tout étendu an bon soleil, sur les galets, de l'autre côté de l'eau. Et tandis que séchait sa lessive, elle allait et venait dans le bois voisin en quête de je ne sais quels fruits sauvages.

On était au mois d'août. Bientôt le linge, d'un blanc de neige, ondula sous les caresses du vent. Quand la femme l'eût levé et empilé dans la corbeille, elle s'avança vers le ruisseau qu'elle avait aisément franchi deux heures auparavant en sautant de caillou en caillou. Ô surprise! Le Clédou avait considérablement grossi. Nulle pierre n'émergeait: impossible de passer. Et notre laveuse de se lamenter en arpentant la rive.

thezan-003.jpg
(Thezan - Pont sur l'Orb)

Brusquement, sans qu'elle eût perçu son approche, un petit cheval blanc se trouva devant ses yeux. Et ce chabalou se mit à parler :

- Monte sur mon dos, je te passerai.

La pauvre femme, fort contente de ce secours inattendu, ne se fit pas prier. Elle se mit en selle d'une main tenant son panier, de l'autre effleurant la corbeille qu'elle portait, bien équilibrée sur sa cabillade.

Le chabalou fit quatre honnêtes pas dans l'eau, qui bouillonnait autour de son ventre. L'amazone improvisée se confondait déjà en remerciements quand... plouf! d'un coup de reins le Drac - car c'était lui - la fit choir dans le Clédou. Elle eut bien de la peine à s'en sortir et y perdit le plus clair de ce qu'elle portait. Et tandis que ruisselante et penaude elle reprenait le chemin de la Fournaque, elle entendait les éclats de rire du malicieux génie qui avait repris forme humaine.

Les commentaires sont fermés.