Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/03/2008

Béziers - Le grand sculpteur INJALBERT

Artiste reconnu de son vivant, l'héraultais INJALBERT n'a pourtant pas eu la gloire posthume qu'il aurait mérité. Ses oeuvres d'une remarquable qualité ont pour la plupart traversé le siècle. On les retrouve à Montpellier, Béziers, Pézenas, mais aussi à Paris à Reims, Valence, etc... Un artiste régionnal dont les oeuvres méritent une plus grande attention.

Extrait d'un fascicule des années 1920

Jean Antoine INJALBERT, né en 1845 à Béziers, fut élève de l'école des Beaux-Arts de Paris. Il obtint le prix de Rome en 1874 avec une Douleur d'Orphée; il donna au salon de 1877 un grand bas-relief la Tentation; en 1878, il exposa un Christ en croix (musée de Reims). INJALBERT a le don de la vie, parfois exhubérante; une fougue qui approche souvent de la puissance. Ses marbres définitifs gardent l'accent d'une maquette emportée. Tel est surtout le Titan qui décore une grande fontaine de Béziers.

8cccd04456719f020a0195a7f106db42.jpg
(Béziers - Fontaine du Titan, vue d'en bas)

Pourtant, l'artiste sait parfois serrer les formes: son Hippomène (1886) au musée du Luxembourg est fin, nerveux et sobre. Citons l'Hérault, l'Orb, Le Lez pour le vestibule de la préfecture de Montpellier; les deux groupes d'Enfants aux lions pour la promenade du Peyrou, le fronton du théâtre de Montpellier.

4a5d0fd74a15469cc6e89bacbcb94a2e.jpg
(Montpellier - La place de la Comédie et le Théâtre)

Cette tendance au style décoratif le désignait pour l'exécution de monuments. De là les quatre figures féminines du Pont Mirabeau à Paris (1897), le monument de Molière à Pézenas (1897), le fronton du Petit Palais de l'exposition de 1900 qui groupe la Seine, Paris, les arts et les figures symboliques des deux mers, enfin le Monument aux morts dans le jardin des poètes à Béziers.

b2fd4dbe5efe28876f0102d8e383765a.jpg
(Béziers - Plateau des poètes et allée du lac)

 

10/12/2007

Béziers - Théâtre aux arènes

Béziers était au début du 20ème siècle, une cité d'arts et de spectacles. Ces lettres de noblesse, elle les doit pour beaucoup à M. Castelbon de beauxhostes, un mécène qui fera venir à Béziers, les plus grands artistes de l'époque.  

Les grands spectacles de plein air aux arènes de Béziers

Depuis 1898, Béziers s'est rendue célèbre par les grandes représentations théâtrales organisées aux arènes sur l'initiative de son mécène: M. Castelbon de Beauxhostes. Successivement ont été jouées les pièces suivantes:

1898:    Déjanire, par Louis Gallet, musique de Saint-Saëns
1899:    Prométhée, par Ferdinand Hérold et Jean Lorrain,
            musique de Fabien Fauré; rejoué en 1900
1901:    Parysatis, par Jean Delafoy, musique de Saint-Saëns
1902:    Parysatis et Dejanire
1903:    Armide, de Gluck;
                Bacchus Mystifié
du docteur Sicard
1904:    Les Hérétiques de Ferdinand Hérold
1905:    La Vestale de Spontiny
1906:    Le premier glaive de Lucien Nepoty
1910:    Les esclaves de Louis Payen
1921:    Antigone, musique de Saint-Saëns
1922:    Penthesilée d'Alfred Martin et Marc Delmas
1923:    Le dieu sans couronne de P. Jalabert et Marc Delmas
1924:    Dejanire et Mireille

Voici la page de souvenirs de M. Castelbon de Beauxhostes. 

2f42cb57c5443bccd73babba0f85494a.jpg
 (LA VESTALE aux arènes de Béziers en 1906)

Ce fut lors d'un voyage à Valence (Espagne) que l'idée me vint d'organiser une représentation dans les arènes de Béziers. J'assistais naturellement à l'inévitable course de taureaux; il me fut donné, aussi, d'entendre un concert vocal et musical qui me stupéfia. Dans les arènes où queques heures auparavant vociférait tout un peuple en délire, des choeurs impeccablement réglés et des solistes à la voix harmonieuse venaient seuls et délicieusement troubler le silence de l'amphithéâtre, garni jusqu'au moiondre gradin.

2f969b9d7d2593be15fdce93c81cde48.jpg
 (PARYSATIS aux arènes de Béziers - acte 1er, Parysatis recevant les restes de Cyrus)

Ce fut pour moi une révélation ou plutôt, l'explication des succés remportés chez les grecs et les romains par les spectacles de plain air. Ces spectacles, ne pourrait-on pas les faire revivre en France, dans notre Midi qui n'a rien à envier au soleil d'Athènes ou de Rome ? J'hésitai longtemps sur le point de savoir à qui j'allais faire part de mes projets. Je choisis Saint-Saêns, convaincu qu'il se donnerait tout entier à mon projet, si je parvenais à l'y intéresser.

dcd8284b8b6a8c9220555c87f8e9c434.jpg
 (PARYSATIS aux arènes de Béziers - acte 2, le retour de la chasse)

Inviter Saint-Saëns à Béziers, lui faire donner, à Saint-Nazaire, un récital d'orgue furent choses très aisées. Ce qui l'était moins, c'était de le conduire aux arènes. Nul n'ignore en effet, que Saint-Saëns avait la phobie des courses de taureaux. La seule évocation de ce spectacle le faisait entrer dans des colères folles. Il fallut donc user de subterfuges pour amener Saint-Saêns à franchir le seuil des arènes. Ce fut un soir de mai 1897, que je réussis enfin à le faire entrer dans ce qu'il appelait "le temple abominable du sang" en pariant avec lui que la voix humaine s'entendrait admirablement et sans effor d'un bout à l'autre du vaisseau.

b4cf3b37025b3d02db5121adaf429449.jpg
(LES HERETIQUES - 1er acte, l'air de Lychas chanté par M. Valette)

A peine parvenu dans la piste, Saint-Saêns commença à fredonner quelques notes. "Mauvais", dit-il, comme il avait l'habitude de le faire quand il était de méchante humeur. "Mauvais quoi ?", répliquai-je. Au même instant, mon ami Fernand Fournier, qui était caché à nos yeux, égréna quelques notes de violon auxquelles succédèrent immédiatement des chants. Brusquement Saint-Saêns me dit: "Voulez-vous venir avec moi à Paris ? Nous irons voir Gallet, ce sera splendide.". Un an après, Déjanire était joué.

7e07c264e031dd64487d7c184c179cfb.jpg
(ARMIDE - 2ème tableau du 3ème acte, évocation des démons par Armide)

Sans entrer dans les détails, j'indiquerai que les dépenses s'élevaient à une centaine de mille francs, somme énorme pour l'époque, mais qui s'explique quand on sait les dimensions formidables du décor de Jambon. la recette ayant été de 113 000 francs, je pus verser 13 000 francs au Bureau de Bienfaisance. Résultat satisfaisant sans doute, mais peu en proportion avec les risques courus. Malheureusement, la crise viticole survint qui changea en désastres successifs au point de vue financier, ces représentations artistiques.

F. CASTELBON de BEAUXHOSTES 


01/10/2007

Beziers - le canal du Midi

Béziers et l'oeuvre de Pierre Paul RIQUET

Comment évoquer la cité bittéroise sans parler du canal qui le traverse et de son inventeur ? Pierre Paul RIQUET, enfant du pays issu d'une famille aisée, y engloutit toute sa fortune mais quel témoignage il nous a laissé ! En son honneur, je reproduis ici un extrait de la première lettre de Paul RIQUET à COLBERT. Notre inventeur ne manquait pas d'argument pour convaincre son roi.

Bonrepos, le 26 novembre 1662
Je vous écris de ce village sur le sujet d'un canal qui pourrait se faire dans cette province du Languedoc pour la communication des deux mers.

medium_beziers-029.jpg
(Béziers - Pont canal)

Vous vous étonnerez que j'entreprenne de vous parler d'une chose que apparemment, je ne connais pas et qu'un homme de gabelle se mèle de nivelage, mais vous excuserez mon entreprise lorsque vous saurez que c'est de l'ordre de monsieur de Toulouse que je vous écris. Il y a quelque temps que ledit seigneur me fit l'honneur de venir en ce lieu, soit parce que je suis voisin et hommager, ou pour savoir de moi les moyens de faire ce canal, car il avait ouï dire que j'en avais fait une étude particulière. je lui dis ce que j'en savais et lui promis de l'aller voir à Castres à mon retour de Perpignan, et de le mener de là pour lui en faire voir la possibilité.

medium_beziers-001.jpg
(Béziers - Vue générale prise des sept écluses)

Je l’ai fait et ledit seigneur a été visiter toutes choses qui s’étant trouvées comme je les avais dites, ledit seigneur Archevêque m’a chargé d’en dresser une relation et de vous l’envoyer. Elle est ici incluse, mais en assez mauvais ordre car n’entendant ni le grec ni le latin et à peine sachant parler le français, il n’est pas possible que je m’explique sans bégayer. S’il vous plait de lire ma relation, vous jugerez que ce canal est faisable, qu’il est à la vérité difficile à cause du coût mais que regardant le bien qui doit en arriver, l’on doit faire peu de cas de la dépense.

medium_beziers-081.jpg
(Béziers poétique et pittoresque - Statue de Paul RIQUET)

… on trouve des routes aisées et des rivières qui peuvent être facilement détournées de leur anciens lits et conduites dans ce nouveau canal par pente naturelle et de leur propre inclinaison. Vous avez pour cela mille moyens, monseigneur, et je vous en présente encore deux que vous jugerez très avantageux au roi et à son peuple, quant il vous plaira de considérer que la facilité et l’assurance de cette navigation fera que le détroit de Gibraltar cessera d’être un passage nécessaire, que les revenus du roi d’Espagne à Cadix en seront diminués et que ceux de notre roi augmenteront d’autant sur les fermes des Trésoriers et des entrées de marchandises en ce royaume, outre les droits qui se prendront sur ledit canal qui se monteront à des sommes immenses.

Pierre Paul RIQUET