Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/02/2009

Bessan - L'attaque du train

Nous ne sommes pas dans le far-west mais bien dans le sud de la France. On y attaque les trains mais heureusement sans que cela ne fasse de blessés.

Bessan (Hérault), le 14 mars 1875:

bessan-05.jpg
(Bessan - Vue générale)

Un acte de sauvagerie méritant une répression des plus sévères s’est produit ces derniers jours près de Saint-Thibery.

Un train de marchandises, à l'arrivée dans la tranchée ouverte à quelques pas de l’embarcadère, a été assailli par une grêle de pierres jetées par des individus restés inconnus du haut du rocher, à vingt pieds environ de la voie.

bessan-07.jpg
(Bessan - Avenue de la gare)

Le conducteur du train a dû se mettre à l’abri dans son wagon, qui a reçu plusieurs projectiles d’une assez forte dimension.

 

02/02/2009

Aniane - Visite du président de la République en 1907

Ces notes et ces cartes postales m'ont été envoyées par Monique que je remercie sincèrement.

La commune d'Aniane compte en 1907, 2520 habitants. Elle se situe sur la rivière Corbières, à 1 km du fleuve Hérault. Le nom d'Aniane est connu pour les restes de son abbaye fondée au IXème siècle par St Benoît d'Aniane. Détruite puis rebâtie au 17 et 18ème siècle, elle fut transformée en maison de détention. L'église de l'abbaye est convertie en église paroissiale.

aniane-1.jpg
(Aniane - L'ancienne église d'Aniane)

L'année 1907, connue de sinistre mémoire comme celle de tous les maux (neige, manisfestations, inondations), n'épargne pas aniane. Le ruisseau des Corbières se transforme en torrent et ses eaux submergent le pont des Régagnas. Les dégats sont si considérables dans la région que le président de la république en personne, Armand FALLIERES, fait le déplacement. Il se rend à Aniane où il prononce un discours devant les habitants.

Aniane - visite du Président FALLIERES, 1907.jpg
(Aniane - Monsieur FALLIERES au balcon de l'Hôtel de Ville)

Cette inondation ne devait pas être la dernière. En octobre 1929, de nouvelles inondations encore plus importantes ont détruit cinq maisons dont la façade arrière est carrément tombée à l’eau. (Il s’agit des maisons situées le long de la rivière et que l’on peut voir à droite après le pont sur la carte « le pont de Régagnas ».)

Aniane - pont de Régagnas, collection Thérèse ROBERT.jpg
(Aniane - Le pont des Réguagnas)

Un nouveau pont a été construit par la suite, moins joli mais plus sûr. En 1960 le lit de la rivière a été aménagé et cimenté, ainsi lors de nouvelles crues l’eau s’évacue beaucoup plus rapidement.

26/01/2009

Montpellier - Lycée de jeunes filles (4ème partie)

Retrouvez toutes les notes sur le lycée Clémenceau en cliquant ici

Encore un volet consacré au lycée de jeunes filles de Montpellier, actuel lycée Clémenceau, pour visiter quelques classes supplémentaires accompagnés de mes souvenirs des années 80.

montpellier-079.jpg
(Montpellier - Lycée de jeunes filles, cour d'histoire naturelle)

100 ans après sa construction, l'intérieur des bâtiments avait vieilli. Certaines cloisons étaient fissurées au point que nous voyions les élèves de la salle voisine. Les planchers étaient en bois. Parfois, les planches avaient craqué et elles avaient été renforcées par des plaques en ferrailles. Ces plaques en fer étaient percées d'un trou rond de la taille d'un pied de chaise, donnant directement dans le vide. Je vous laisse le soin d'imager si les coïncidences entre un pied de chaise et un trou dans le plancher était le fruit d'un coïncidence ou d'un acte malveillant.

montpellier-078.jpg
(Montpellier - Lycée de jeunes filles, salle de dessin)

Une des salles du rez-de-chaussée était en amphithéâtre. C'était le dernier vestige de l'allure originelle des salles. Cette salle servait habituellement de salle d'étude, elle était toujours ouverte. L'amphithéâtre était constitué de telle sorte que le siège du banc de la rangée de devant était le support de la table de la rangée de derrière. Avec le temps, les bancs-tables avaient pris énormément de jeu. Aussi lorsque les élève s'asseyaient devant, ils ramenaient vers eux la table des élèves du rang de derrière. Les cahiers s'en trouvaient balaffrés et cela suscitait quelques disputes. Je me souviens encore de ces graffitis sculptés das le bois, des initiales, des coeurs, des tracés au compas, etc... ou encore ces dates 1952, 1927, 1896 ..., témoignage des générations qui se sont succédées dans ces classes.

Montpellier-LyceeFilles-1b.jpg
(Montpellier - Lycée de jeunes filles, classe de 2nde A, 1924-1925)

La photo de classe avait généralement lieu dans la cour de l'externat, le parc dont j'ai parlé dans ma précédente note. Chacun s'organisait pour rester à côté de ses copains de ses copines, malgré parfois les différences de taille qu'il fallait respecter, à la demande du photographe, pour la beauté de la photo.

Montpellier-LyceeFilles-2b.jpg
(Montpellier - Lycée de jeunes filles, les élèves de l'externat, 1924-1925)

Afin de rassurer les futurs élèves et leurs parents, le lycée a été entièrement renové peu de temps après mon bac. J'ai eu l'occasion d'y passer au début des années 90 et il avait été complètement transformé et mis aux normes.