Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/04/2009

Bédarieux - les berges de l'Orb

Montpellier, 29 octobre 1853 (Extrait du Messager du Midi)

La bourrasque permanente qui soufflait depuis trois jours sur notre ville s'est terminée hier au soir par un véritable ouragan. Depuis dix heures jusqu'à deux heures du matin, le tonnerre n'a cessé de gronder, accompagné de violentes rafales et des averses d'une pluie diluvienne.

 

bedarieux-04.jpg
(Bédarieux - L'Orb et le pont de la Digue)

Le mauvais temps semble du reste avoir été général dans nos contrées. Nous apprenons que l'Orb et le Libron ont débordé; la plaine, depuis Béziers jusqu'à la mer, est complètement submergée; les travaux du viaduc du chemin de fer sont considérés comme perdus, et la perte s'élève, dit-on, à 30 mille francs. L'Hérault a grossi, mais on ne dit pas qu'il ait quitté son lit.

 

 

bedarieux-05.jpg
(Bédarieux - Le carmel et le grand viaduc)

 

 

19/05/2008

Bédarieux - Le romancier Ferdinand FABRE

Extrait de l'Histoire des communes d'Albert FABRE, historien régional

Ferdinand FABRE est né à Bédarieux le 9 juin 1827. Sa jeunesse se passa en partie à Bédarieux, en partie à Camplong chez son oncle curé de cette paroisse. Destiné à la prêtrise, il entra au séminaire de Montpellier mais ne put y rester, sa vocation l'appelant ailleurs. Il revint à Bédarieux puis, en 1849, il abandonna ses chères cévennes pour aller habiter Paris où il devait plus tard trouver la gloire.

383f2df62e4058ebbded30321bf42913.jpg
(Bédarieux - Rue St-Alexandre)

 

Il s'y livra aux études les plus diverses, publia un recueil de poésies et un premier roman, les Courbezon, qui fut couronné par l'académie. A partir de ce moment, il publia un grand nombre d'oeuvres, récits champêtres pleins de saveur: Le chevrier, Barnabé, mon oncle Célestin, Toussaint Galabru, Ma vocation, Taillevent sont quelques uns de ses principaux ouvrages.

8179800db0c6f40f931c2c19816d83cf.jpg
(Bédarieux - La pont vieux, la rue Saint-Louis et les quais)

Cévenol, Ferdinand avait gardé de ses montagnes le souvenir vivace et nostalgique: "Mon ame, a-t-il écrit, s'envole au pays natal si profondément incrusté en elle, ce pays que je retrouve dans le moindre pli de mes pensées."

f41d76df1a94281033811f705af8b99c.jpg
(Bédarieux - La gare) 

L'Académie Française allait lui ouvrir ses portes lorsqu'il fut emporté par la mort au mois de Février 1898. En 1903, un monument lui a été élevé à Paris, dans le jardin du Luxemboug. En 1906, un monument, dû au sculpteur Villeneuve, a été érigé sur la place qui porte son nom à Bédarieux. Sous le buste de Ferdinand FABRE, un berger cévenol le salue. Un chien et des moutons sont au pied du monument.