Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/03/2008

Saint-Guilhem - Le château du Géant

Le site le plus visité de tout le département de l'Hérault, avec près de 300 000 visiteurs chaque année, est l'abbaye de Gellone à Saint-Guilhem. Blotti au confluent d'une petite vallée et du fleuve Hérault, au milieu des gorges, ce site est remarquable de beauté. Un patrimoine à découvrir impérativement si vous venez dans le département. 

Extrait de Le cycle de Guillaume d'Orange de Joseph BEDIER, 1908

Les hommes du XIIème siècle reconnaissent en Guillaume d'Orange, un certain personnage du temps de Charlemagne qui, sur la fin d'une longue vie guerrière, se rendit moine et mourut dans le cloître en odeur de sainteté. Ce saint serait mort à Saint-Guilhem du désert

Au milieu du bourg, s'élève la belle église de Saint-Guilhem dont la nef principale date du XIIème siècle, mais dont les assises sont carolingiennes. On y vénère encore quelques parcelles des reliques du Saint: jadis, on y montrait son tombeau.
aab65b8c7b6649a08be9ded9289385d2.jpg
(Saint-Guilhem le Désert - L'église, ancienne abbaye de Gellone) 

Un piton de 275 m d'altitude surplombe le bourg: à la cime, on voit une tour et les restes d'un château-fort, qui servait sans doute de refuge en cas de péril aux moines de l'abbaye; à mi-côte une tour carrée, qui doit être le castel du moniage Guillaume; aujourd'hui on l'appelle, et c'est une survivance de la légende, le cabinet du Géant. 

fa09ea0fad08ecc3cf74542eda679f4c.jpg
(Saint-Gulihem le Désert et le château de Dom Juan) 

26/11/2007

Saint-guilhem le désert - Le pont du Diable

La légende du pont du Diable.

Ce pont, qui est presque millénaire, mérite bien un petit détour si vous passez dans le coin. Mais ne vous précipitez pas, laissez passer devant votre chien, votre chat, ou éventuellement votre pire ennemi, etc..., on ne sait jamais, si le diable revenait !

Extrait de "Le cycle de Guillaume d'Orange" de Joseph BEDIER, vers 1920 

Quant on vient d'Aniane, on rencontre d'abord, un peu avant Saint Jean de Fos, un petit cours d'eau, la Clamouse, qui se jette dans l'Hérault. C'est là l'entrée d'une gorge étroite, la gastine, le désert des poètes. Des escarpements de rochers dolomitiques, ça et là, découpés en aiguilles, la dominent, et l'Hérault, parmi ce "desrubant fier" s'est tracé sa voie. Aux abords de St Guilhem, un ruisseau, le Verdus se précipite de la montagne et creuse dans l'Hérault, un gouffre noir.

8fbfba4a83da86ea69c7fe9282fe925e.jpg
(Saint Jean de Fos - Clamouse et ses sources) 

Un pont jeté sur cet abîme, a été construit à frais communs, entre 1025 et 1048, par les deux abbayes d'Aniane et de Gellone. Assis sur la pierre vive et bâti en pierres dures, il a, depuis neuf siècles, résisté aux crues. Je ne sais si les passants, comme les pélerins, continuent à jeter des pierres au démon emprisonné dans le gouffre, mais le pont garde ce nom: le pont du Diable. 

ac29e8eb911b78b24af1130aa598cfea.jpg
(Le pont du Diable et l'Hérault, à la sortie des gorges de Saint-Guilhem-le-désert) 

Le folklore local y voit toujours l'oeuvre de Saint Guillaume. Quant il vit que le diable renversait la nuit ce qui avait été édifié à grand peine pendant le jour, Guillaume finit par se lasser. Il appela le Diable et fit un pacte avec lui aux conditions ordinaires: le premier passager lui appartiendrait. Le Saint, plus rusé que Satan, fit connaître le marché à tous ses amis pour les préserver, puis il lâcha un chat qui, le premier, traversa le pont et dont le démon fut bien obligé de se contenter. Depuis ce temps, les chats appartienent au Diable et les chiens à Saint Guilhem.