Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2009

De Montpellier à Sète - Un incident sur la voie ferrée

Les premières années du chemin de fer sur la ligne de Montpellier à Cette connaissent plusieurs incidents. La voie ferrée ne comporte alors qu'une seule voie. L'épisode relaté ci-dessous nous donne une image de ce qu'était cette époque.

On nous écrit de Cette, le 17 septembre 1839

Le chemin de fer avait amené pour une grande fête une partie de la population de Montpellier. L'administration du chemin de fer, avait doublé ses départs et ses convois, tant était grande l'affluence.

Cette05.jpg
(Cette - Gare des voyageurs, étang de thau, les usines de pétrole de St Gobain de balaruc)

Rosemary me signale que, sur la carte ci-dessus, il ne s'agit pas de l'usine St Gobain de Balaruc qui se trouve à environ 4 ou 5 kilomètres de Sète, mais de l'usine "Le Creusot" de Sète.

Il y a eu des départs de nuit, et ceux-là out été remarqués par un peu plus de confusion. L’un des convois est resté plus de temps qu'à l'ordinaire; il venait de quitter Cette vers neuf heures et demie, lorsqu'il fut rencontré par une locomotive qui revenait de Montpellier à vide, pour remorquer au besoin les convois retenus. Ne traînant rien après elle, sa vitesse était prodigieuse; son conducteur, ainsi que celui de la locomotive du convoi ne se virent pas assez à temps pour arrêter l'un et l'autre les machines, et un choc devint inévitable. Il ne fut pas heureusement aussi violent qu'on eût pu le craindre. Les voitures du convoi ne ressentirent qu'un léger contre-coup, comme si une pierre se fût trouvée sur les rails du chemin de fer. Le premier soin du mécanicien de la locomotive, marchant ainsi seule, avait été de lui donner le mouvement en arrière, et de sauter à terre, ainsi que son chauffeur.

montpellier-030.jpg
(Montpellier - Intérieur de la gare PLM)

La machine, ainsi libre et dégagée, ne sortit pas cependant de la voie où elle devait se mouvoir; mais obéissant au mouvement rétrograde qui lui avait été imprimé, elle s'enfuit vers Montpellier avec une plus grande rapidité encore. Revenus de leur première surprise, les deux mécaniciens se mirent à courir après mais pour cela la vitesse de l'homme était loin de suffire. Ils décrochèrent la locomotive du convoi demeuré en panne. C'était un spectacle assez curieux de voir ainsi deux machines à vapeur courant l'une après l'autre; ils la rattrapèrent à une lieue de Montpellier, et la ramenèrent à Cette, où ils reprirent le convoi attardé.

montpellier-072.jpg
(Montpellier - La gare)

Cet incident, qui heureusement n'a eu aucun fâcheux résultat, a servi d'épreuve à ces deux locomotives, d'origine anglaise. Le chef des mécaniciens, chargé de leur entretien et de leur surveillance, est pareillement Anglais; et comme il est jaloux de prouver son zèle, qu'en outre il a quelque peu de l'amour-propre d'un artiste, il était désolé de cet accident, et ne parlait rien moins que de se brûler la cervelle.