Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2009

Beziers - Les jeux des petits biterrois

Extrait d'un article tiré de "De Maguelone à la Cité", 1948, Louis J. THOMAS

Les petits enfants de Béziers pratiquent-ils encore, les hommes de Béziers ont-ils connu dans leur enfance, les jeux auxquels se plaisaient les Biterrois de huit à douze ans au temps du roi Louis XVI ?

Voici, pour les aider dans cette recherche et cette comparaison entre le temps de Marie-Antoinette et le nôtre, un bien curieux catalogue des amusements dont se récréaient les petits Biterrois qui avaient douze ans lorsque mourut le roi Louis XV. Ce catalogue a été dressé au mois d'août 1808 par un illustre enfant de Béziers, né le 20 janvier 1762, le général Miquel.

beziers-0001.jpg
(Béziers - Sous la neige, sortie du plus jeune chauffeur du Monde)

En l'année 1808, l'empereur Napoléon voulut connaître exactement l'origine et la situation de tous les hommes notables de son Empire. Une vaste enquête fut entreprise; des renseignements furent recueillis, des états furent dressés, que l'on retrouve abondamment parmi les documents statistiques des Archives.

Pour obéir aux ordres venus de Paris, le préfet de l'Hérault voulut entre tant d'autres, dresser la fiche signalétique du général Miquel, notable biterrois. De Foix, où il commandait, Miquel envoya à son neveu Jacques Azais, pour qu'il les transmit au préfet, toutes les précisions désirables sur son âge, sa famille, sa fortune, sa carrière militaire.

 

beziers-078.jpg
(Béziers - Statue Paul RIQUET et le théâtre)

Mais à sa notice, il ajouta le plus savoureux post-scriptum. « Réflexion faite, écrivait-il, comme M. le Préfet désire connaître ce que j'étais avant 1789, il ne serait pas hors de propos, en prenant l'époque d'un peu haut, de lui dire que, in illo tempore, je m'occupais à jouer... :

  • A renguetos
  • A zin-zest
  • A Siro, d'ou-bien-tu ?
  • As quatre cantous
  • A la man caudo
  • Al cugnet
  • Al chabalet de San-Jordi
  • A seletos
  • A Pachechin
  • A las candeletos
  • A las quatre bariolos
  • Al serboulan
  • Al planto portos
  • Al fran-carreou
  • Al pan, ambe de liards contro la muralho
  • A couri ambe la cordo
  • A la gauduffo
  • A barros
  • A las justos, sus de pichots carriots
  • A las damos, sul plan de San-Félix
  • A las bouletos, sul taulié, à Cabrit ou las enganos
  • Al sautarel
  • A la paumo
  • Al rampot
  • Al berlan, ambe de decoupuros
  • Al palet, al rec de Bagnols
  • A las bochos, al rec de Saint-Antonio
  • Al malhé, al cami del Pontil et à la Pourtanelo
  • A fa de soupetos, as moulis ou al poun rouge
  • Al rat, sur l'esquino de las bieillos

07/12/2009

Montagnac - La porte de la Pétardière

Extrait de l'Hérault historique, 1876, Albert et Paul FABRE

Montagnac est une des villes du bas Languedoc qui eut le plus à souffrir des luttes religieuses dans les périodes 1562 à 1570. Le second siége mérite d'être signalé à cause d'un événement imprévu qui obligea les ennemis de l'abandonner.

Des religionnaires se précipitèrent sous les murs de Montagnac dans les premiers jours de l'année 1568. N'ayant point de canons mais une forte quantité de poudre, et ne pouvant battre en brèche, ils résolurent de pratiquer une mine, afin d'entrer dans la place par l'ouverture qu'ils feraient aux remparts. Ils se mirent à l'œuvre et après avoir mis à sec le fossé de la ville alimenté par le ruisseau St-Alban, ils creusèrent cette mine à la partie gauche de la porto dé l'aigo (porte de l'eau, à cause de la fontaine établie à coté). Ce projet aurait réussi sans une circonstance fortuite que l'on pourrait croire légendaire si l'auteur de l'histoire de Montagnac à qui nous empruntons ces détails n'affirmait qu'elle est réellement historique et bien avérée.

montagnac-01.jpg
(Montagnac - Vue générale)

« Deux jeunes amants, destinés l'un à l'autre par leurs parents, Jeanne et Louis, dont les noms de famille ne nous sont point parvenus, profitaient d'une lézarde qui se trouvait dans le rempart pour aller s'entretenir de leurs amours; il n'y avait pas alors de maisons adossées à ce rempart. Un soir Jeanne entendit quelques gémissements et reconnut bientôt la voix de son amant. Elle l'interrogea sur le motif de sa tristesse. Ce fut d'abord sans succès, mais enfin elle eut le bonheur de lui arracher son secret.

Louis, bien que catholique, favorisait de ses vœux l'entreprise des religionnaires, et il avait vu la mine qu'ils apprêtaient pour faire sauter la porte. C'est peut-être, dit-il à son amante, la dernière fois que nous nous voyons; car je ne doute pas que la ville ne soit bientôt prise et ses habitants massacrés par les assiégeants. A ces mots Jeanne redouble ses instances et lui adresse de tendres reproches sur son peu de confiance. Louis ne peut résister aux pleurs de celle qu'il aime; il lui signale la mine creusée par les assiégeants; lui dit que ce pétard doit être allumé au milieu de la nuit, la ville prise et les habitants égorgés.

montagnac-02.jpg
(Montagnac - L'église et la fontaine des Quatre-saisons)

Aussitôt cette jeune fille va trouver ses parents, se fait conduire devant les magistrats et leur révèle ce qu'elle vient d'apprendre, Des mesures sont prises; on court à la mine; les travaux des assiégeants sont détruits et la ville sauvée, grâces au patriotisme de cette nouvelle Jeanne d'Arc»

C'est en mémoire de cette heureuse délivrance de la ville, qui arriva dans les premiers jours de janvier, que l'on fit une procession solennelle comme à la Fête-Dieu. Cette procession parcourait la ville le dimanche le plus près de l'Epiphanie pour se conformer à la loi, elle n'a plus lieu que dans l'intérieur de l'église. Tel est l'événement qui a fait prendre à la porte dont il s'agit et à la fête que l'on célèbre chaque année le nom de la Pétardière.

 

23/11/2009

Montpellier - Lycée de jeunes filles (6ème partie)

Retrouvez toutes les notes sur le lycée Clémenceau en cliquant ici

Souvenirs de l'internat

Le lycée accueillait des enfants jusqu'à 6 ans au jardin d'enfants qui se trouvait côté internat. Jusque dans les années 20, ils pouvaient poursuivre en primaire, puis au collège et au lycée. Ainsi ledit lycée de jeunes filles permettait de suivre la scolarité en intégralité. Sur la photo ci-dessous, on perçoit la cour de l'internat et tout autour les bâtiments de l'internat. Sur le fond à gauche et à droite, on devine les bâtiments des toilettes, bien plus bas que les autres.

Numériser0005.jpg
(Montpellier - Lycee de jeunes filles, Vue d'ensemble des jardins)

Chaque interne dsposait d'un lit, d'une chaise et d'une table de nuit. Les placards se trouvaient dans une salle attenante au dortoir, tout comme les lavabos. Il y avait un lavabo attribué à chaque interne.

Numériser0010.jpg
(Montpellier - Lycee de jeunes filles, Une salle de lavabos)

Les internes pouvaient recevoir des visites tous les jours de 13 h à 14 h et de 16 h à 17 h. Seules les personnes autorisées, parents proches, pouvaient venir rendre visite

Numériser0006.jpg
(Montpellier - Lycee de jeunes filles, parloir de l'internat)

Aujourd'hui, les salles de l'nternat (dortoirs, lavabos, placards) ont été remplacés par des sallles de classe. Les toilettes extérieures ont été démolies. Le grand parloir, donnant sur le boulevard Clémenceau, est devenu le centre de documentation.